pixel

Azzam Soualmia

DG et fondateur de l'entreprise Swiver

Aux propriétaires de petites et moyennes entreprises en Tunisie, je vous conseille d’adopter des outils modernes pour améliorer la performance de votre entreprise, ce qui augmentera l’efficacité, économisera du temps et réduira les erreurs. Profitez de la transformation numérique pour favoriser la croissance et le développement dans le monde des affaires.

 
 
 

Azzam Soualmia

Annonce

حساب مجاني 14 يوم

Actualités et événements technologiques
Ressources utiles

Méthode 8D pour résoudre efficacement les problèmes d’une entreprise

Certes, les problèmes peuvent se présenter à tout moment au sein d’une organisation. Pour pouvoir traiter et corriger tout problème rencontré de manière efficace, la méthode 8D est souvent utilisée. Cette dernière constitue un processus bien structuré, composé de 8 étapes spécifiques, et assurant la résolution de tout type de problème.

En quoi consiste alors la méthode 8D et quelles sont ses étapes ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir en lisant cet article.

La méthode 8D, c’est quoi ?

La méthode 8D, appelée Eight Disciplines en Anglais, est un processus de 8 étapes à mener afin de résoudre les problèmes au sein d’une entreprise. Cette méthode constitue une démarche complète qui aide à trouver des solutions efficaces à tous les types de questions ainsi qu’à faciliter la prise de décision au sein d’une entreprise.

Cette méthode a prouvé sa performance dans différents domaines, grâce à la collaboration qu’elle garantit, vu qu’elle s’appuie principalement sur l’expérience de chaque acteur concerné. Par ailleurs, cette méthode assure un cadre de résolution de problème efficace qui permet d’identifier même les causes profondes afin d’anticiper les futurs problèmes et d’éviter que les mêmes problèmes ne réapparaissent.

Initialisation de la démarche et constitution du groupe de travail

La première étape à réaliser si une entreprise souhaite suivre la méthode 8D est de, tout d’abord, désigner le groupe de travail en fonction de certains critères qu’elle fixe à l’avance. Parmi les critères importants à prendre en considération, on trouve la connaissance et l’expérience des membres de l’équipe quant à la problématique en question, la disponibilité des différents membres et la possibilité de ces membres à travailler de manière collective. Quant à la taille du groupe responsable, elle dépend de la nature ainsi que de la complexité du problème.

Pareillement, il est essentiel de désigner durant cette étape un facilitateur responsable du pilotage du groupe de travail. Cet individu sera également responsable de l’animation du groupe et du suivi des résultats proposés.

Une fois l’équipe responsable de ce travail est désignée, il est essentiel de lui présenter la méthodologie qu’elle devra suivre pour réaliser l’analyse. Pour cela, il est possible de se baser sur un mode opératoire ou sur un mode plus visuel, par exemple une présentation. Bien évidemment, la présentation de la méthodologie doit s’appuyer sur les 8 étapes inclues dans la méthode 8D.

Description du problème

Une fois la méthodologie est présentée et l’équipe responsable est bien installée, il est temps de décrire le problème rencontré. Cette description doit être bien détaillée afin d’assurer une analyse constructive. Ainsi, elle doit, d’une part, inclure un énoncé clair du problème. D’autre part, cette description doit identifier les effets ainsi que l’ampleur du problème rencontré. De même, cette description doit permettre de recenser l’intégralité des enregistrements associés, voire la fiche de réclamation, la fiche technique, la feuille de contrôle ainsi que les plans et le rapport.

Correction immédiate du problème

A ce niveau, il convient de penser aux actions de correction immédiates qu’il faut entreprendre. Ainsi, il faut déterminer les actions qui peuvent contenir le problème, voire la réparation d’un produit pour assurer sa conformité ou la proposition d’un nouveau geste commercial.

L’analyse des causes profondes

La quatrième étape de la méthode 8D consiste à analyser l’origine de la problématique en profondeur. Pour cela, il est possible d’avoir recours à plusieurs outils, voire la méthode AMDEC qui permet d’identifier et de comprendre les modes de défaillance ou la méthode 5M qui permet d’identifier les causes du dysfonctionnement.

Par ailleurs, l’identification des causes peut impliquer la réalisation d’essais complémentaires ou l’observation de faits sur le terrain.

La définition des actions correctives et la mesure d’efficacité

A ce stade, il est temps de mettre en œuvre les actions correctives afin d’éliminer les causes détectées. Pour le faire, il convient de préparer, dans un premier lieu, un plan d’actions et d’identifier les délais et les responsabilités associées. Dans un second lieu, il convient de définir les critères d’efficacité.

Pour mesurer l’efficacité des actions réalisées, il est possible de faire de tests, de contrôles ou d’expériences.

La standardisation des actions d’amélioration

Une fois l’efficacité des actions correctives est évaluée, l’équipe de travail est tenue de réfléchir aux différentes possibilités de déploiement sur des produits ou des processus pareils, dans le but de standardiser les actions correctives. Cela peut être fait à travers la mise à jour de certaines méthodes et de certains outils ou de la documentation ou à travers la formation du personnel.

L’encouragement du groupe

La dernière étape de la méthode 8D est de féliciter le groupe et la totalité des participants pour leur contribution. D’ailleurs, la démarche 8D requiert sans doute beaucoup du temps et des efforts, et il est indispensable d’encourager et de remercier les participants.

Partager l'article

Articles liés:

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis