Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

6 erreurs à éviter pour une bonne gestion de trésorerie

Gérer une trésorerie peut vite devenir un casse-tête quotidien. Valeurs mobilières, concours bancaires, opérations courantes et ponctuelles (paiement des salaires, facturation des fournisseurs, charges sociales et fiscales)… Il y a de quoi se perdre !

C’est tout un projet qui peut s’arrêter du jour au lendemain. 

Alors, quelles sont les 6 erreurs à éviter pour bien gérer votre trésorerie ?

ERREUR 1 : SOUS ESTIMER SON BFR

Le Besoin en fonds de roulement (BFR) correspond à la somme nécessaire pour faire vivre l’entreprise entre le moment où elle a décaissé des sommes pour produire et celui où elle encaisse le prix de vente, ce qui peut prendre de plusieurs jours à plusieurs mois. 

En effet, pendant ce laps de temps, l’entreprise doit continuer à payer son loyer, verser des salaires… Il lui faut donc disposer de suffisamment de trésorerie pour sécuriser son fonctionnement avant les prochaines rentrées d’argent. Pour établir son montant, un plan de trésorerie est indispensable. Et si ce montant ne suffit pas, il ne vous reste plus qu’à négocier une autorisation de découvert auprès de la banque ou envisager un emprunt.

ERREUR 2 : NE PAS FAIRE DE PRÉVISIONS DE TRÉSORERIE

Développer une vision stratégique à moyen et long terme est essentiel pour garantir la stabilité et la pérennité de votre entreprise. Vous devez pouvoir anticiper une hausse ou une baisse d’activité, qui aura forcément des répercussions sur votre chiffre d’affaires. Si vous savez que vous allez connaître une période de creux au moment des fêtes de fin d’année, vous devez prévoir des encaissements supplémentaires en amont.

Le développement d’une vision à long terme sur votre trésorerie demande de bien connaître les flux financiers réels et prévisionnels de votre entreprise.

Les prévisions doivent s’appuyer sur les résultats de l’année précédente. Il est important de prévoir, chaque année, un budget minimal, en dessous duquel vous devez éviter de vous situer. Gardez en tête que votre activité peut être fluctuante.

ERREUR 3 : NÉGLIGER LE SUIVI DU COMPORTEMENT DE PAIEMENT DES CLIENTS

Les retards de paiement des clients font partis des imprévus que le dirigeant d’entreprise doit se préparer à affronter. D’autant que l’impact d’un retard de paiement, quelle qu’en soit la cause, peut s’avérer fortement dommageable pour l’entreprise si la créance est élevée. Parfois, il suffit d’un seul retard de paiement pour déstabiliser une entreprise. D’où l’intérêt de suivre les comportements de paiement de ses clients. En cas de retard constaté, il est alors recommandé d’en informer son banquier pour négocier un dépassement de découvert autorisé ou mettre en place une solution de financement à court terme.

ERREUR 4 : ANTICIPER LE PAIEMENT DES FOURNISSEURS

Le paiement des fournisseurs intervient dans les 30 à 60 jours qui suivent l’émission de la facture. Si vous n’y êtes pas contraint, ne versez pas le règlement trop tôt. Pensez même à négocier avec votre fournisseur des délais qui ne mettent pas votre trésorerie sous pression. Vous augmenterez ainsi votre fonds de roulement. Ou bien demandez des remises commerciales en contrepartie d’un engagement de paiement anticipé.

ERREUR 5 : AUGMENTER FORTEMENT LA VALEUR DE VOS STOCKS

Les stocks représentent de la trésorerie monopolisée. Mieux vaut donc limiter leur nombre au strict nécessaire, voire limiter le nombre de références. Pensez à supprimer les stocks obsolètes ou dormants via des promotions par exemple. Mais attention à ne pas tomber dans l’excès inverse où vous risquez la rupture : si vos stocks sont trop faibles et vos délais de réapprovisionnement trop longs, vous ne pourrez pas répondre aux besoins de vos clients à temps. Tout est une question de juste milieu.

ERREUR 6 : CONFONDRE RENTABILITÉ ET CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires correspond à la somme des ventes de biens ou de services de l’entreprise. La rentabilité, elle, représente le rapport entre les revenus générés et les sommes mobilisées pour les obtenir. Une entreprise peut avoir un chiffre d’affaires élevé, mais ne dégager aucun bénéfice et aller jusqu’à la faillite si des incidents surviennent (défaillances de clients, retards de paiement…). 

La performance de l’entreprise et sa pérennité dépendent de sa rentabilité et non de son chiffre d’affaires. Par conséquent, même si vous suivez l’évolution régulière du chiffre d’affaires de l’entreprise, visez avant tout l’amélioration de sa rentabilité, via une augmentation des tarifs par exemple ou une baisse des charges.

QUELLE SOLUTION ?

La gestion de trésorerie est souvent la plus dure pour les entrepreneurs. Néanmoins, en évitant ces erreurs, vous devriez mettre toutes les chances de votre côté pour passer ce cap compliqué ! Et pour y parvenir il faut adopter un logiciel de gestion en ligne qui vous aidera à bien suivre vos flux de trésorerie.

Vous avez aimer l’article ?

Partagez-le !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Vous souhaitez optimiser votre gestion ?

Swiver, la solution idéale pour simplifier votre quotidien et améliorer votre productivité.

Vous souhaitez optimiser votre gestion ?

Swiver, la solution idéale pour simplifier votre quotidien et améliorer votre productivité.

Vous souhaitez optimiser votre gestion ?

Swiver, la solution idéale pour simplifier votre quotidien et améliorer votre productivité.

Rejoignez notre communauté

Ne ratez plus aucun article, nouveauté ou offre promotionelle

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis