pixel

Économie d’échelle : les types, les catégories et les secteurs concernés

Les économies d’échelle représentent une notion économique qui indique la diminution du coût de production unitaire d’un certain produit ou service lors de l’augmentation de la production, notamment dans le cas des productions en masse. Ces économies d’échelle résultent à des baisses au niveau des coûts fixes unitaires ainsi qu’au niveau de leurs amortissements.

En quoi consiste alors les économies d’échelle ?

L’économie d’échelle, c’est quoi ?

Le terme économique d’économie d’échelle réfère à la baisse du coût moyen de production d’un produit ou d’un service spécifique résultant de l’augmentation des quantités produites de ce dernier. En effet, la fabrication d’un produit en grande série résulte à une réduction au niveau du coût de production de chaque unité. Cela s’explique par le fait que les coûts fixes occasionnés par la production et par l’utilisation des machines restent les mêmes, peu importe le volume de production, et que l’augmentation de ce dernier engendre la diminution du coût total d’une unité.

Les économies d’échelle sont désormais en train d’accroître avec la mondialisation des échanges. De même, les effets d’apprentissage, qui résultent de la répétition des mêmes opérations, peuvent résulter en une meilleure maîtrise des coûts.

Les types d’économie d’échelle : internes et externes

Généralement, on peut distinguer deux différents types d’économies d’échelle : les économies internes et les économies externes.

Pour les économies d’échelle internes, elles proviennent principalement des actions menées par l’entreprise de manière directe. En d’autres termes, elles peuvent être créer par une meilleure répartition des coûts fixes, des recherches plus développés, une division du travail plus optimisée ou une stratégie de marketing plus efficace. Ce type d’économie d’échelle ne profite que l’entreprise ayant pris les bonnes mesures et il permette à cette dernière de gagner des parts de marché.

Quant aux économies d’échelle externes, également appelées rendements d’échelle, elles sont entraînées par des facteurs externes à l’entreprise, comme indiquer par leur nom. Ces facteurs bénéficient non seulement l’entreprise concernée mais également toute autre entreprise appartenant au même secteur d’activité. Par exemple, si un secteur quelconque connaît une forte production, les fournisseurs peuvent décider d’accorder des facilités de paiement aux différentes entreprises. Les économies d’échelle résultent à une augmentation de la productivité dans le secteur visé et à une qualification plus élevée du personnel.

Les catégories des économies d’échelle : constante, négative et positive

Trois grandes types d’économies d’échelle peuvent être distinguées, qui concernent principalement le succès des mesures implémentées par l’entreprise. En effet, la qualification de ces catégories est déterminée à travers la croissance de la production et celle du rendement.

Tout d’abord, on distingue les économies d’échelle constantes, ayant une élasticité égale à 1. On parle de cette catégorie quand le rendement et la production augmentent de manière uniforme. Cela implique une augmentation de rendement de 1% quand la production augmente. En revanche, les entreprises visent souvent à obtenir une élasticité supérieure dans le but de générer de véritables bénéfices.

On peut également distinguer les économies d’échelle négatives dans le cas où un investissement dans la production ne permet pas d’augmenter le rendement. Cette situation se produit de manière générale quand les limites de rendement naturelles sont atteintes, par exemple dans le secteur de l’agriculture. De même, cette catégorie d’économie d’échelle peut être engendrée par une entreprise ayant des coûts d’organisation trop importants qui ne peuvent pas être compenser par le rendement.

Finalement, les économies d’échelle positives, ayant une élasticité supérieure à 1, sont l’objectif principal de multiples entreprises. Dans cette catégorie, le rendement est supérieur à l’investissement effectué dans la production. Ainsi, une économie d’échelle positive s’obtient suite à un agrandissement efficace dans de l’entreprise ou à une baisse considérable des coûts de production. D’ailleurs, une baisse des coûts fixes et un meilleur rendement sont les clés de la réussite de toute entreprise. En effet, si le rendement d’une entreprise augmente que ses coûts fixes, voire ses loyers et ses amortissements restent les mêmes, le bénéfice réalisé par l’entreprise augmente de manière automatique.

Les effets et les secteurs concernés par les économies d’échelle

De point de vue économique, les économies d’échelle internes ont tendance à favoriser une situation de monopole. En revanche, les économies d’échelle externes ont tendance à favoriser la concurrence, dans la mesure où elles bénéficient les différentes entreprises opérant dans une branche donnée.

Les économies d’échelle concernent principalement les secteurs économiques à coûts fixes élevés, voire l’industrie ou les secteurs faisant de nombreux investissements en recherches et développement.

Toutefois, c’est principalement le rôle du marketing et de la gestion de la qualité de développer des offres ayant le potentiel de générer des économies d’échelle ainsi que de réduire les coûts fixes de la production d’une seule unité au niveau d’une entreprise quelconque.

Share the Post:

تحب تعرف أكثر علينا ؟

Logiciel de facturation TEST

Créez vos factures et devis en moins de 2 minutes Un logiciel de facturation simple et efficace

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis