pixel

Azzam Soualmia

DG et fondateur de l'entreprise Swiver

Aux propriétaires de petites et moyennes entreprises en Tunisie, je vous conseille d’adopter des outils modernes pour améliorer la performance de votre entreprise, ce qui augmentera l’efficacité, économisera du temps et réduira les erreurs. Profitez de la transformation numérique pour favoriser la croissance et le développement dans le monde des affaires.

 
 
 

Azzam Soualmia

Annonce

حساب مجاني 14 يوم

Actualités et événements technologiques
Ressources utiles

Immobilisation corporelle : c’est quoi, et comment la comptabiliser ?

Dans le cadre de l’activité d’une entreprise, il est possible que cette entité choisisse d’acquérir un nouvel bâtiment de bureau, un véhicule de transport ou encore des machines industrielles. De point de vue comptable, ces différents biens représentent des immobilisations corporelles. Lorsque ces opérations sont réalisées, il est indispensable que l’entreprise les inscrive dans sa comptabilité.

Qu’est-ce qu’une immobilisation corporelle ? Comment comptabiliser ces biens ? Quelles différences entre l’immobilisation corporelle et incorporelle ? Cet article répond à toutes vos questions.

Une immobilisation : C’est quoi ?

Quand on parle d’une immobilisation, on parle d’un élément appartenant au patrimoine de l’entreprise et qui a une valeur positive. Il s’agit alors d’un actif, contrairement à un emprunt bancaire par exemple qui est considéré comme une dette de l’entreprise et qui appartient aux passifs.

De manière générale, quand un élément d’actif est utilisé durablement par l’entreprise, voire pour une période supérieure à 12 mois ou à un exercice comptable, il s’agit d’une immobilisation. Cet élément fait alors partie de l’actif immobilisé.

Les immobilisations au sein d’une entreprise peuvent se présenter sous trois différentes catégories : les immobilisations corporelles, les immobilisations incorporelles et les immobilisations financières.

L’immobilisation corporelle, une définition

Les immobilisations corporelles constituent les actifs physiques qui sont détenus au sein d’une entreprise de manière durable. Cet actif physique doit nécessairement être utilisé pour l’activité de l’entreprise, par exemple lors de la production de biens ou de services, lors de sa gestion interne ou comme une location à des tiers.

Les autres types d’immobilisation comptable

Comme mentionné auparavant, les immobilisations comptables se déclinent en trois catégories, tout dépendamment de l’objet concerné. Dans ce contexte, on trouve, tout d’abord, les immobilisations financières qui concernent les actifs financiers durables, voire les cautions, les prêts consentis par les entreprises ou les titres de participations qu’une entreprise a acquis. Quant aux immobilisations incorporelles, elles portent sur les actifs non physiques et non monétaires d’une entreprise, notamment les fonds de commerce, les brevets, les fichiers clients ou les logiciels.

Par ailleurs, il est important de savoir que tout élément qui est utilisé à titre ponctuel devra être classé dans la liste des actifs circulants. Ces derniers regroupent les charges constatés à l’avance, les créances envers les clients de l’entreprise et les stocks.

Comment comptabiliser les immobilisations corporelles ?

Pour pouvoir comptabiliser une immobilisation corporelle, il est important que cette dernière fournisse à l’entreprise des futurs avantages économiques sur une durée d’un exercice comptable, notamment 12 mois. De même, il est important que le coût lié à cette immobilisation puisse être évalué précisément.

L’immobilisation corporelle s’enregistre à la partie des actifs du bilan comptable de l’entreprise, à son coût d’acquisition. Ce dernier comprend le prix d’achat ainsi que les coûts annexes, voire les frais d’installation ou de transport.

Par ailleurs, il est utile de connaître que les immobilisations corporelles sont amortissables. En d’autres termes, le coût de leur acquisition s’étale sur leur durée d’utilisation prévisionnelle. Quant à la durée d’amortissement, elle varie selon la nature de l’actif en question. Par exemple, un véhicule s’amortit généralement sur 4 à 5 ans, tandis qu’un matériel informatique s’amortit sur 3 ans.

Les immobilisations corporelles courantes

De manière générale, les actifs physiques couramment acquis par les entreprises varient selon l’activité de ces dernières et selon leur capital social. Ainsi, hormis les terrains, une grande partie des entreprises prennent possession de bâtiments en construction de d’immeubles agencés sur mesure.

Quant aux entrepôts et les usines acquis par les entreprises, ils vont être certainement exploités. De ce fait, ils doivent être équipés et agencés en mobiliers. Toute entreprise doit alors acheter le matériel de transport et les outils de productions adéquats. Elle peut également avoir besoin d’acquérir des appareils informatiques, par exemple des bureaux spécialement aménagés pour les salariés.

Pour les véhicules acquis par l’entreprise, ils sont considérés comme des immobilisations corporelles dans le cas où ils répondent à ses besoins généraux. Toutefois, pour les concessionnaires automobiles, les véhicules sont intégrés dans leur stock.

Quand l’immobilisation corporelle est-elle dévaluée ?

A partir du moment où la valeur de marché d’une immobilisation corporelle devient inférieure à sa valeur comptable, cette immobilisation est dépréciée. De même, cela se produit quand sa valeur d’utilité ou actuelle est au-dessus de sa valeur de marché.

Principalement, la valeur de dépréciation d’une immobilisation corporelle quelconque désigne l’écart qui existe entre sa valeur actuelle et sa valeur comptable nette, qui est enregistrée sur son plan d’amortissement.

Les autres termes comptables à connaître

La nation d’immobilisation ne doit pas être confondue avec d’autres notions comptables, notamment les charges. En effet, ces dernières se consomment instantanément de lors de premier usage, comme c’est le cas du carburant d’un véhicule. De même, il est important de comprendre le terme crédit-bail qui est un mode de financement supplémentaire permettant d’acquérir un bien qui va appartenir à la société une fois les mensualités locatives sont payées.  Finalement, le terme stock distingue les éléments destinés à être transformés ou vendus par l’entreprise.

Partager l'article

Articles liés:

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis