pixel

Autofinancement : les avantages et les risques liés à ce mode de financement

Le financement d’une entreprise peut avoir deux origines différentes : soit à travers de capitaux extérieurs, comme les levées de fonds et les emprunts, soit à travers les capitaux propres. Ce dernier cas est appelé l’autofinancement.

L’autofinancement représente alors un mode de financement interne qui reflète la capacité d’une entreprise de financer son activité et ses investissements en utilisant ses propres moyens financiers et sans aucune intervention extérieure.

Qu’est-ce qu’alors l’autofinancement ? Pour quelles raisons opter pour cette alternative au lieu de l’endettement ? Quels risques implique ce mode de financement ?

C’est quoi l’autofinancement ?

Au niveau d’une entreprise, l’autofinancement consiste à avoir recours à sa propre trésorerie afin de financer un investissement quelconque. Ainsi, l’entreprise concernée utilise les bénéfices qu’elle a effectivement dégagé au cours des années précédentes et qui n’ont pas été prélevés ou distribués. Dans ce sens, une entreprise est dite être rentable si son activité est rentable et si le résultat qu’elle dégage est non redistribué.

De point de vue comptable, l’autofinancement correspond au résultat réalisé par l’entreprise après la déduction des impôts et qui n’est pas distribué. Cet élément se trouve au niveau du passif du bilan, plus précisément au niveau des réserves ou des résultats reportés.

Pour s’autofinancer, une entreprise peut, dans un premier lieu, faire appel à ses plus-values, notamment à la différence positive qu’elle réalise entre la valeur de ses biens produits et ses dépenses, par exemple le prix des salaires et les coûts de production. De même, elle peut utiliser son épargne, notamment les sommes qu’elle a mis en réserve et qui n’étaient pas affectées à sa consommation. L’entreprise peut également utiliser ses capitaux propres, voire les fonds apportés par les actionnaires, les associés ou par le résultat de l’entité elle-même. Finalement, pour assurer son autofinancement, l’entreprise peut faire appel à son amortissement comptable, qui correspond à l’étalement du coût d’un investissement quelconque sur sa durée d’utilisation constatée.

La capacité d’autofinancement de l’entreprise peut être calculé chaque année à partir du résultat réalisé. Cette capacité rassemble l’ensemble des ressources internes que l’entreprise dégage à partir de son activité.

L’autofinancement ou d’endettement, quelle option choisir ?

Le financement des investissements est crucial pour assurer la pérennité d’une entreprise. Dans ce contexte, l’entreprise dispose de deux alternatives : l’autofinancement et le recours à des emprunts.

Le recours à des emprunts est principalement l’alternative choisie par les entreprises prudentes et qui ne souhaitent fragiliser une trésorerie saine. De même, cette option génère un effet de levier sur la rentabilité financière de l’entité, tout dépendamment du coût de l’emprunt. Ainsi, dans le cas où le coût de l’emprunt est inférieur à la rentabilité éventuelle de l’investissement, la rentabilité des capitaux propres de l’entreprise va s’améliore. L’autofinancement est surtout adopté pour le financement sur le court terme.

Le choix entre l’autofinancement et l’endettement doit également prendre en compte la rémunération du capital, notamment la distribution de dividendes. D’ailleurs, un autofinancement important peut annuler la rémunération des investisseurs, qui attendent des retours sur leurs investissements.

Par ailleurs, il est possible d’opter pour les deux alternatives afin d’assurer la pérennité de l’entreprise et de satisfaire aux intérêts de ses investisseurs.

Les avantages de l’autofinancement

L’autofinancement peut constituer une source de financement stratégique pour l’entreprise. En effet, il lui permet d’augmenter relativement ses fonds propres si le projet d’investissement est réussi et ainsi d’augmenter sa valeur. De même, l’autofinancement permet de procéder éventuellement à une augmentation de capital et d’améliorer la plupart des ratios financiers.

Par ailleurs, en optant pour l’autofinancement, l’entreprise utilise ses propres moyens pour son financement ce qui lui donne la liberté totale de choisir l’allocation appropriée à ses besoins. Ainsi, elle pourra financer sa croissance, ses investissements et voire même rembourser ses dettes à ses propres termes et sans avoir besoin de fonds extérieurs. Cela résulte également à la diminution de sa dépendance auprès de ses bailleurs de fonds.

Une entreprise qui choisisse l’autofinancement a également la possibilité de prouver la rentabilité de son business model et d’améliorer considérablement sa crédibilité, auprès de ses partenaires comme auprès de ses clients.

Les risques liés à l’autofinancement

Le recours à l’autofinancement peut présenter certains risques pour l’entreprise. En effet, l’entreprise concernée doit forcément vérifier qu’elle dispose de moyens suffisants, qui la permettent de faire des nouveaux investissements, pour choisir cette option de financement. De même, il est important d’étudier les projets d’investissement potentiels vu qu’ils peuvent se révéler infructueux, et par conséquent engendrer de grosses pertes pour l’entreprise ainsi que pour ses actionnaires.

Ainsi, si une entreprise compte utiliser ses réserves, destinées principalement à la rémunération des actionnaires, elle doit le faire de manière organisée et vigilante.

Share the Post:

تحب تعرف أكثر علينا ؟

Logiciel de facturation TEST

Créez vos factures et devis en moins de 2 minutes Un logiciel de facturation simple et efficace

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis