pixel

Monnaie scripturale : le mécanisme de création les moyens de paiement

La monnaie scripturale, également appelée monnaie de banque, fait référence à l’ensemble des sommes qu’on trouve inscrites sur les comptes bancaires des ménages et des entreprises. Contrairement à la monnaie fiduciaire qui est composée de billets et de pièces, la monnaie scripturale est immatérielle. De ce fait, elle représente l’ensemble des chèques, des virements, des lettres de change ainsi que des cartes bancaires et les autres supports numériques.

Si vous cherchez à vous informer davantage sur la monnaie scripturale, n’hésitez pas à lire cet article.

Qu’est-ce que la monnaie scripturale ?

Principalement, on peut distinguer deux principales formes de monnaie, notamment la monnaie fiduciaire correspondant à l’ensemble des pièces et des billets et la monnaie scripturale. Cette dernière représente les différents avoirs au crédit des comptes bancaires détenus par tout agent économique, qu’il s’agisse d’un ménage ou d’une entreprise, et créés par les banques commerciales.

De ce fait, les banques commerciales réalisent une simple écriture comptable correspondant aux comptes courants de leurs clients. Ainsi, la monnaie scripturale est immatérielle et elle peut être transformée en liquidité à tout moment, voire lors d’un retrait d’espèce à un DAB.  Dans le cas contraire, quand un agent économique dépose des liquidités sur son compte bancaire, son argent est alors convertie en monnaie virtuelle afin d’apparaître sur son compte.

Dans ce sens, il est important de savoir que les banques commerciales ne peuvent pas créer cette forme de monnaie de manière illimitée. En effet, afin de réguler la création de la monnaie scripturale et pour limiter l’inflation, les banques centrales jouent sur les taux d’intérêt.

Le mécanisme de création de la monnaie scripturale

Quand un agent économique effectue un dépôt sur un compte courant, on parle de monnaie scripturale. Cette dernière est utilisée par les banques comme ressource afin de proposer des crédits à d’autres agents économiques. Par conséquent, une nouvelle ligne comptable apparaît sur le compte du client qui a emprunté de l’argent. Les crédits en question font les futurs dépôts, une ressource supplémentaire pour les banques commerciales qui disposent ainsi de la possibilité d’octroyer de nouveaux crédits. Par ailleurs, la monnaie scripturale peut être utilisée pour consommer et elle doit alors être injectée dans l’économie réelle.

Quant à la banque centrale, il est important de noter qu’elle joue un rôle déterminant dans le mécanisme de création de la monnaie scripturale. En effet, cette entité a une influence sur le niveau de crédits octroyer par les banques commerciales à travers la modification des taux directeurs intégrés dans le taux de refinancement. D’ailleurs, ce dernier est le taux auquel toute banque peut emprunter de l’argent auprès de la banque centrale. Ces emprunts peuvent représenter les nouveaux crédits aux agents économiques.

Les principaux moyens de paiement de la monnaie scripturale

Pour l’utilisation de la monnaie scripturale, il est possible d’utiliser différents moyens de paiement. D’une part, on distingue l’utilisation des cartes bancaires qui constituent la plus grande partie des paiements scripturaux. D’autre part, on distingue le paiement à travers des chèques ou à travers des prélèvements, qui ne peuvent être encaissés qu’à condition que l’agent économique concerné dispose d’un compte bancaire. Par ailleurs, la monnaie scripturale peut être réalisée à travers des paiements électroniques ou des virements et des prélèvements.

Les différences entre la monnaie scripturale et la monnaie fiduciaire

Comme mentionné auparavant, la monnaie fiduciaire, contrairement à la monnaie scripturale, représente la monnaie physique. Ainsi, ces deux formes de monnaies peuvent se différencier selon deux éléments principaux, notamment la matérialité et le moyen de circulation.

Dans un premier lieu, la monnaie fiduciaire est constituée des monnaies physiques, voire les pièces et les billets qui circulent par le biais des opérations commerciales et des distributeurs de billets. Quant à la monnaie scripturale, elle est constituée des écritures sur les comptes bancaires des agents économiques. Ces écritures circulent grâce aux moyens de paiements scripturaux, comme les paiements par les cartes bancaires.

Dans un second lieu, ces deux formes de monnaie peuvent être différenciées par les moyens de circulation. En effet, la monnaie scripturale se caractérise par de plus nombreux moyens de circulation, notamment les cartes bancaires, les chèques, les virements bancaires et les prélèvements.

Les limites de la création de la monnaie scripturale par les banques commerciales

Les banques commerciales disposent du pouvoir de la création monétaire, notamment à travers la monnaie scripturale. Toutefois, ce pouvoir n’est pas illimité. En effet, toute banque commerciale doit assurer que la conversion de la monnaie scripturale disponible sur les différents comptes en monnaie fiduciaire quand les clients le demandent est effectivement possible. De manière générale, cette obligation incite les banques commerciales à disposer de monnaie à la banque centrale et à procéder à demander des emprunts si le cas le nécessite.

Par ailleurs, le pouvoir de création monétaire est souvent limité par l’obligation de conserver un certain niveau de liquidité afin de pouvoir régler différentes opérations auprès d’autres banques.

Share the Post:

تحب تعرف أكثر علينا ؟

Logiciel de facturation TEST

Créez vos factures et devis en moins de 2 minutes Un logiciel de facturation simple et efficace

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis