pixel

Azzam Soualmia

DG et fondateur de l'entreprise Swiver

Aux propriétaires de petites et moyennes entreprises en Tunisie, je vous conseille d’adopter des outils modernes pour améliorer la performance de votre entreprise, ce qui augmentera l’efficacité, économisera du temps et réduira les erreurs. Profitez de la transformation numérique pour favoriser la croissance et le développement dans le monde des affaires.

 
 
 

Azzam Soualmia

Annonce

حساب مجاني 14 يوم

Actualités et événements technologiques
Ressources utiles

Risque de liquidité pour les investisseurs, les entreprises el les banques

Le risque de liquidité correspond au fait de ne pas être capable de faire face à des décaissements de trésorerie à court terme. De ce fait, le terme liquidité indique, pour un actif, la possibilité qu’il soit vendu ou acheté de manière rapide. Ce risque est encouru par les banques comme par les entreprises.

Si vous cherchez avoir un résumé complet contenant diverses informations utiles sur le risque de liquidité dans le but d’optimiser votre exposition, n’hésitez pas à lire cet article.

Qu’est-ce que le risque de liquidité ?

Par définition, le terme risque de liquidité est un terme économique qui se matérialise par l’incapacité d’une entreprise quelconque à honorer ses paiements à court terme, par exemple le remboursement d’une dette bancaire, le paiement des salariés et des fournisseurs et autres.

Ainsi, le risque de liquidité au sein d’une entreprise désigne de manière générale le risque de rupture de trésorerie, ou l’incapacité de l’entreprise de faire face à ses engagements financiers sur le court terme, voire d’une période de moins d’un an. En effet, des problèmes de liquidité peuvent facilement conduire l’entreprise à une situation de cessation de paiement, voire même à la faillite.

Par ailleurs, le risque de liquidité d’une entreprise peut concerner ses placements financiers qui sont difficiles à liquider à très court terme. D’ailleurs, quand l’entreprise détient des actifs non liquides et ayant un faible volume d’échange, elle peut se retrouver dans l’impossibilité de revendre ses positions au prix du marché à cause du manque d’acheteurs présents.

Le risque de liquidité pour les investisseurs

Dans le cas d’un investisseur, le risque de liquidité correspond aux difficultés susceptibles d’apparaître pendant la cession de certains placements sur le marché. Si un investisseur souhaite vendre sa position, il peut des fois rencontrer des difficultés quant à la recherche d’une contrepartie acheteuse disponible dans le court terme au prix de marché. Cette difficulté est généralement plus grande quand la taille de position est plus importante et quand les volumes échangés sont faibles. Dans ce cas, l’investisseur peut se retrouver obligé d’accepter un prix dégradé afin de parvenir à liquider sa position de manière plus rapide.

Dans les pires cas, le risque de liquidité peut même consister à une impossibilité totale de la vente d’un certain produit financier à cause d’un marché trop étroit, voire même inexistant.

Le risque de liquidité pour les entreprises

Dans le cas d’une entreprise, le risque de liquidité correspond principalement au moment où la trésorerie de cette entité ne la permet plus de faire face à ses créances à court terme, qu’il s’agisse du paiement des fournisseurs ou d’un remboursement de dette bancaire. Ces problèmes de liquidité risquent de mener la société à une situation de cessation de paiement.

Il est possible d’évaluer le risque de liquidité à court terme d’une entreprise en grâce à un ratio qui se calcule en additionnant les différentes créances clients et la trésorerie rapportées aux dettes d’une durée inférieure à un an. Le ratio de liquidité immédiate doit nécessairement être supérieur à 1 pour pouvoir dire que l’entreprise est solvable à court terme.

Le risque de liquidité pour les banques

Dans le cas d’une banque, le risque de liquidité représente non seulement le risque de liquidité entreprise et celui de l’investisseur, vu que ces deux parties sont pareillement exacerbées par la nature des activités bancaires, mais également un risque plus spécifique qui consiste aux retraits massifs effectués par les épargnants. En effet, les banques sont largement dépendantes des différentes conditions du marché interbancaire quant à leurs besoins de financement à court terme. De ce fait, elles sont particulièrement exposées quand la confiance du marché et des épargnants s’érode.

Quand on parle de liquidité bancaire, on parle de la capacité d’une banque quelconque à honorer ses obligations de trésorerie. Ainsi, les établissements de crédit sont souvent confrontés à des risques quand le montant des retraits est supérieur à celui des dépôts.

Grâce à l’accord Bâle III, une réglementation a été mise en place qui assure le contrôle ainsi que la gestion des risques dans le secteur bancaire. Cette réglementation a permis d’avoir une meilleure gestion du risque de liquidité grâce à l’intégration de deux nouveaux ratios de liquidité, un premier à un mois et un autre à un an.

D’où provient le risque de liquidité ?

Le risque de liquidité, de manière générale, provient de liquidités insuffisantes pour couvrir les dépenses les moins prévisibles. Il est possible de distinguer deux principales origines de risque de liquidité. Tout d’abord, il peut survenir à cause de l’absence d’un matelas de sécurité suffisant pour pouvoir gérer les dépenses inattendus. De même, le risque de liquidité peut survenir quand on ne peut pas trouver les financements nécessaires sur les marchés financiers ou du crédit.

Pour évaluer le risque de liquidité, il est possible d’utiliser le ratio de liquidité générale, le ratio de liquidité réduite ou celui de liquidité immédiate.

Partager l'article

Articles liés:

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis