pixel

Azzam Soualmia

DG et fondateur de l'entreprise Swiver

Aux propriétaires de petites et moyennes entreprises en Tunisie, je vous conseille d’adopter des outils modernes pour améliorer la performance de votre entreprise, ce qui augmentera l’efficacité, économisera du temps et réduira les erreurs. Profitez de la transformation numérique pour favoriser la croissance et le développement dans le monde des affaires.

 
 
 

Azzam Soualmia

Annonce

حساب مجاني 14 يوم

Actualités et événements technologiques
Ressources utiles

Amortissement linéaire : que faut-il savoir sur cette méthode

En comptabilité, quand on parle d’amortissement, on parle de la dépréciation d’un bien au fil des années, particulièrement la dépréciation des immobilisations. Ainsi, la dépréciation représente une charge déductible qui se calcule tout dépendamment de la méthode d’amortissement choisie, notamment l’amortissement linéaire ou dégressif. De manière générale, le principal mode d’amortissement utilisé par les entreprises est l’amortissement linéaire.

Qu’est-ce qu’alors l’amortissement linéaire ? Comment fonctionne-t-il ? Quelles différences existent entre les deux méthodes d’amortissement ?

Qu’est-ce que l’amortissement linéaire ?

L’amortissement linéaire, par définition, est une méthode utilisée pour répartir la valeur d’un bien, de manière égale, sur sa durée de vie. De ce fait, le montant des différentes annuités d’amortissement ne varie pas selon l’utilisation de ce bien. Cette méthode d’amortissement se base alors sur la valeur d’origine du bien en question et elle commence dès le jour où ce dernier est mis en service.

En règle générale, les entreprises utilisent le mode d’amortissement linéaire. D’ailleurs, ce mode correspond au régime de droit commun. Cette méthode est applicable pour l’ensemble des immobilisations amortissables. Par ailleurs, son application est obligatoire pour les biens d’occasion ainsi que pour les biens qui ont une durée de vie inférieure à 3 ans. De même, la méthode linéaire devient en vigueur quand l’amortissement dégressif est impossible.

Comment fonctionne l’amortissement linéaire ?

A travers l’amortissement linéaire, la valeur du bien concerné se déprécie de façon égale pendant toute la durée de son utilisation, et par conséquent, un taux constant est appliqué à la valeur d’origine du bien. Ainsi, pour obtenir l’annuité d’amortissement d’un bien spécifique, il suffit de multiplier le taux d’amortissement linéaire par la base amortissable, notamment la valeur d’origine.

Dans ce sens, la base amortissable fait référence à la valeur brute du bien, voire sa valeur d’achat hors les taxes et les frais annexes. Quant au taux d’amortissement, il exprime la durée d’utilisation du bien en pourcentage.

Par ailleurs, il est important de noter que cette méthode d’amortissement commence à être applicable à la date de mise en service ou d’utilisation du bien en question, et non pas à sa date d’acquisition. De même, pour pouvoir effectuer l’amortissement linéaire d’un bien, certaines conditions doivent être réunies. En effet, les immobilisations incorporelles et corporelles sont les seules qui peuvent être amorties, notamment les biens qui sont destinés à rester de manière durable au sein de l’entreprise. Ces immobilisations doivent également être obligatoirement inscrites à l’actif du bilan.

Comment déterminer la première annuité ?

Dans le cas d’un amortissement linéaire, le calcul de la première annuité se fait sur la base de la date de mise en service. Dans le cas échéant, si l’immobilisation en question est mise en service en cours de l’année, la première annuité selon l’amortissement linéaire sera calculée selon un prorata temporis. En d’autres termes, il est essentiel de prendre en compte le nombre de jours réels de l’utilisation de l’immobilisation en question au sein de l’entreprise.

De ce fait, pour la calculer, il suffit de multiplier le montant de l’amortissement par le nombre de jours d’utilisation et de diviser ce dernier sur 360, en supposant qu’une année comporte 360 jours.

Quelle est la durée de l’amortissement linéaire ?

Généralement, la durée d’utilisation d’un bien est retenue comme étant la durée d’amortissement. Toutefois, en respectant certaines conditions, quelques entreprises peuvent utiliser la valeur fiscale du bien comme durée d’amortissement et non pas sa valeur d’utilité.

La durée de l’amortissement dépend généralement de la nature du bien utilisé. Par exemple, pour les bâtiments, la durée d’amortissement est souvent de 20 ans. Quant aux outillages et aux matériaux de bureaux, cette durée peut varier de 5 à 10 ans. Pour le matériel de transport automobile, la durée est généralement de 4 à 5 ans. Cependant, il faut noter que des amortissements exceptionnels peuvent prendre lieu comme pour le matériel qui économise de l’énergie ou le matériel agricole qui protège l’environnement.

Quelles différences avec la méthode d’amortissement dégressif ?

Bien que la méthode linéaire et la méthode dégressive d’amortissement sont toutes les deux adoptées par les entreprises, certaines différences résident entre elles.

Pour l’amortissement linéaire, l’annuité y liée, voire le montant de la dépréciation de la valeur du bien immobilisé, reste inchangée durant tout l’exercice comptable et d’un exercice comptable à un autre. De même, cette méthode implique un taux d’amortissement qui ne change pas d’une année à une autre.

Quant à l’amortissement dégressif, la valeur des immobilisations est dépréciée de manière plus rapide pendant les premières années de l’utilisation du bien en question que pendant les dernières années. Pour le taux d’amortissement associé à cette méthode, il a tendance de diminuer au fil du temps.

Ainsi, contrairement à l’amortissement dégressif, l’amortissement linéaire assume que le bien se déprécie de manière continue pendant la durée de son utilisation.

Partager l'article

Articles liés:

Remplissez ce formulaire pour recevoir votre devis